Jazz Website

Recherche

NEWS - SITES

DONATE 

 

ALBUMS



Cyril ACHARD TRIO
"Le Point du Jour"


Jean-Pierre LLABADOR
"Give me Five"


Clotilde RULLAUD 4tet
"In Extremis"

 
P.Menuau - JPh.Bordier quartet
"The Song is you"


Franck TASCHINI
"Merci Encore"



David SAUZAY
"Real Blue"



Louis MARTINEZ
"A Ma Ferme Live"



Xavier RICHARDEAU
"Everlastin' waltz"


LAURA MAYNE
"NATIVE Song Book 1"


Jean-Philippe BORDIER 4Tet
"Quartet"

    
Jean-Baptiste BOISNIER
"Compadres"


 
 

 


 CONCERTS à PARIS    
 
 
Acheter le CD "Compadres"

CD-Compadres-Pub.jpg

--------------------------------------
undefinedundefinedundefinedundefinedundefinedundefinedundefinedundefined


-----------------------------------

16-Benedetto-AntiqueBurst-S2033.jpg

Benedetto Guitars

W3C

  • Flux RSS des articles

Jazz Musician's site !

               NOCTAMBLUES

               History of Jazz ,Biographies ,Clubs ,Sessions ,Festivals ,videos
             - All articles are copyrighted - Copyright © 2007 - 2014

Samedi 5 avril 2014 6 05 /04 /Avr /2014 16:48

JPh.Bordier-Trio-Frt.jpgMagnifique nouvel Opus de Jean-Philippe Bordier (Trio)...enfin !... car très attendu ...et un délice que cette ballade par une très chaude nuit dans une 'Swing city' probablement Caribéenne ...chaude ,très vivante ,avec ses surprises à chaque coin de 'plage' ,ses rencontres et ses danses ...Force et mouvement combinés dans les circonvolutions d'un Jazz aventureux ,enhardissement syncopé d'un pas libéré qui semble augmenter à mesure l'espace qu'il vient d'ouvrir... la pulse ample et flexible d'un guitariste voyageant au fil du temps du swing au Bop en passant par les tropiques.

Sens inné de la mélodie avec son phrasé fluide ,rien n'est plus étranger à ce voyageur que la précipitation et l'affolement ...ou encore cette obstination que l'on trouve chez d'autres qui eux foncent pour 'démolir' une difficulté. S'il lui arrive pour atteindre son but d'emprunter la ligne droite...en regardant de plus près ,le tracé nous révèle un souple enchainement homogène d'écarts et de rebonds l'un et l'autre s'auto-corrigeant à mesure qu'ils se feintent et se contrarient...mais il me semble que plus volontiers il prend pour raccourci le détour puisque de toutes façons la Terre Jazz est carrée.

Entouré d'excellents 'sidemen' comme Guillaume Naud au Hammond B3 lequel enrobe de manière subtile les thèmes comme s'il 'devançait' harmoniquement les pensées de Jean-Philippe Bordier...lui 'balisant' ainsi le terrain .

Andreas Neubauer magnifique batteur d'une grande sobriété et dont l'efficacité (discrète) apporte ce relief à l'ensemble ,avec ses couleurs et ses embrasements...comme un peintre-percussionniste 'balance' ses couleurs à la brosse ou au couteau en se renouvelant à chaque fois ,il aime se surprendre lui-même d'abord...j'en suis persuadé.

Pascal Bivalski au Vibraphone est génial ,bon je suis un peu parti-pris car j'ai toujours adoré le mélange Guitare/Vibes ,mais quand même !!! ... c'est comme le son du Triangle qui vient 'éclairer' de son scintillement une formation de Bossa-samba...  non je n'exagère pas...Le vibraphone est 'aussi' percussion !

 

Les ambiances varient au gré des plages du CD et la virtuosité de Jean-Philippe Bordier est indéniable  ,sans prétention ,sobre et jamais anecdotique...il ne 'cite' pas vraiment . Lorsque j'ai écouté 'Spanish Dream' et 'Koulou'  George Benson a effleuré mon esprit... mais ce n'est que pure coincidence . les Thèmes 'Morning Glory' , 'Round Trip' et 'Little Dukie' avec leurs changements d'équilibres qui tantôt prennent appui sur le middle-jazz, le swing ou le bop offrent un Opus riche en tempos ...'Gwada Bop' ,'Lélé' , 'Loreto di Casinca' ... m'ont permis de savourer quelques Mojitos en bonne compagnie ...Un CD indispensable pour tous les Fans de Jazz et de...guitare !... prise de son par Charles Frossard  et Mastering de Gilles REA .  ...(JB.BoisnierNoctamblues(c)2014)...



Bordier - Duke Frt JPh.Bordier-Trio-Frt-copie-1.jpg J-Ph.BORDIER-Quartet.jpg

Par JB - Publié dans : Cahiers Jazz
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 17 mars 2014 1 17 /03 /Mars /2014 10:43

michel-petrucciani.jpgMichel Petrucciani, né le 28 décembre 1962 à Orange et décédé le 6 janvier 1999 à New York.. Un Pianiste célèbre, plus que Martial Solal hélas, il aura seulement passé 36 ans à ne plus grandir que dans nos mémoires. Vif et généreux au-delà des normes humaines, porté par son amour pour la vie, il aura été contesté par les puristes et adoré par le grand public. Il voulait être compris et surtout donner du bonheur à ceux qui l’écoutaient..." Il est capital pour moi de donner, passer cette générosité qui est indispensable dans l'art, la musique et la vie "..

Fils d'Antoine Petrucciani, dit « Tony », sicilien d'origine, guitariste de jazz renommé qui a été son professeur de musique et a collaboré par la suite à plusieurs de ses albums. Antoine Petrucciani, qui vit actuellement dans le Var, a, durant de nombreuses années, donné des cours de guitare jazz dans les écoles municipales de musique de Carnoules, Solliès-Toucas et la Londe-les-Maures.
Les deux frères de Michel sont également musiciens : Louis, contrebassiste, et Philippe, guitariste...Une de ses confidences troublantes, citée par Pascal Anquetil était : « Je me souviens, à l'âge de huit ans, avoir dit à mon père en pleurant : Je n’arrête pas d'entendre de la musique en moi. Comme une radio sans fin. Je vivais alors un vrai cauchemar. Mon père m'a simplement dit : C'est bien. Profite de ce don »...

Durant les années 1960 et 1970, la famille Petrucciani vit d'abord dans la région d'Orange, puis à Montélimar où Antoine Petrucciani tient un magasin de musique.
Michel Petrucciani est handicapé dès la naissance du fait d'une ostéogenèse imparfaite (osteogenesis imperfecta), la "maladie des os de verre" (ayant la forme sévère, sa taille adulte n'atteindra que 99 cm). Il ne peut pas être scolarisé, mais reçoit des cours de professeurs particuliers et suit un enseignement par correspondance.
Il reçoit une formation musicale de son père (qui lui fabrique un rehausseur de pédales, comme le fera plus tard Steinway) et de Raymonde Jacquemart qui lui apprennent le piano. Ainsi, il chante les classiques du jazz à 3 ans, joue du piano à 7 ans et accompagne le trompettiste américain Clark Terry à 13 ans...C'est à cet âge là qu' il effectue  son premier concert professionnel au festival de Cliousclat et se fait remarquer par le trompettiste Clark Terry. Trois ans plus tard, dans un club d’Aix-en-Provence, le Gascon Bernard Lubat, fleuron de la "blue note" hexagonale, fait sa connaissance : "Je me produisais ce soir-là avec Michel Portal, quand le père Petrucciani me présente son fils. Je me rappelle m’être dit : 'Mais, qu’est ce que c’est que ce phénomène ? Il joue terrible !' Déjà à l’époque, il maniait le jazz avec passion, luxuriance, un sens du swing inné au service d’un jeu baroque, virevoltant, insolent. J’étais frappé par la force de ses avant-bras et celle de sa musique. Apparaissait devant moi un grand batteur de piano avec un tambour dans le cœur ".
Michel était passionné par la musique de Duke Ellington.. « Ce jour-là, je vois à la télé une émission avec Duke Ellington. Et mon cœur… Vous savez… Waouh ! Après, j’ai voulu un piano, à 4 ans...» ,il considérait que la musique de jazz se devait d'être 'populaire' et non pas élitiste ..c'était un credo pour lui .

En 1981, il part aux Etats-Unis. Il enregistre avec le batteur Aldo Romano cinq albums entre 1981 et 1985. En Californie, il fait la connaissance de Charles Lloyd, saxophoniste très actif dans les années 1960, alors reconverti dans les affaires. Charles Lloyd décide de se remettre à la musique et ils se produisent ensemble. Il se produit au club Village Vanguard. Michel Petrucciani entame alors une longue liste de collaborations : Roy Haynes, Jack DeJohnette, Gary Peacock, Eddie Gomez, Charlie Haden, Jim Hall, John Scofield, Wayne Shorter, Gerry Mulligan, Dizzy GillespieIl est le premier artiste non américain à signer un contrat avec Blue Note chez qui il reste 7 ans avant de rejoindre Francis Dreyfus. Michel Petrucciani passe plusieurs années en Californie. Il y épouse Erlinda Montaño, une Américaine indienne navajo, dont il divorce vers 1988. Il quitte alors la Californie pour New York... Ses amis musiciens comptaient beaucoup pour lui, par exemple il voulait tous nous convaincre du génie de Frank Avitabile, Di Battista ou autres, et ne parlait que de Charles Lloyd qu’il avait réussi à faire sortir de sa tanière, de Wayne Shorter et surtout d’Eddy Louis.
Dans les années 1990, il se produit en public et fait des disques en divers lieux du monde. Son jeu est caractérisé par une exceptionnelle indépendance des mains gauche et droite et une vitesse exceptionnelle d'exécution due à un entraînement intensif et à ses grandes mains aux os légers, ce qui permet à ses doigts de rebondir très vite sur les touches ,mais comme il me le disait à Cahors en 1995 à la fin de son concert en solo : " ce que je donne au piano celui-ci me le rend ...c'est comme un match de boxe et après un concert il faut que je me repose .."

 

C'est un superbe compositeur, avec une préférence pour les thèmes brésiliens, souvent présents dans ses disques avec un énorme respect pour le public .." Je joue toujours pour les gens. Je souhaite qu'après chaque concert ils partent heureux et qu'ils souhaitent revenir. Ma musique n'est pas intellectuelle mais sensuelle et chantante. Je veux qu'elle batte avec le cœur et qu'elle soit simple. Je joue pour plaire et pour communiquer. Mais ce n'est pas parce que ma musique plaît qu'elle est pour autant commerciale. J'essaie seulement d'appliquer de plus en plus la leçon des grands maîtres : moins, c'est toujours plus. "..

Il a eu quatre compagnes dont l'une, Marie Laure Roperch, lui a donné un fils, Alexandre, atteint de la même maladie que son père...Michel  décède à l'âge de 36 ans d'une pneumonie.

Il est inhumé à Paris, au cimetière du Père-Lachaise, à quelques mètres de Frédéric Chopin, en face de Pierre Desproges...Une place portant son nom a été inaugurée en juillet 2003 par Bertrand Delanoë et décorée d'une mosaïque réalisée par l'artiste plasticien Edouard Detmer. Elle se trouve dans le 18e arrondissement au carrefour des rues Versigny, Sainte-Isaure et Duhesme... Michel disait toujours  : « Je ne crois pas au génie, seulement au dur travail.»..

Discographie :

Oracle's destiny (1982)
100 hearts (1983)
Note'n notes (solo) (1984)
Darn that dream (1985)
Cold blues (1985)
Pianism (1985)
Michel plays Petrucciani (1987)
Music (1989)
Playground (1991)
Marvellous (1994)
Flamingo (avec Stéphane Grappelli) (1995)
Both worlds (1997)
Live at the Village Vanguard (1984)
Power of three (1986)
Live (1994, enregistré en 1991)
Conférence de presse (avec Eddy Louiss) (1994)
Conférence de presse, vol. 2 (avec Eddy Louiss) (1995)
Au théâtre des Champs-Elysées (1995)
Solo live (1998)
Concerts inédits (1999)
Trio in Tokyo (1999, enregistré en 1997)
Dreyfus night (2003, enregistré en 1994)
Piano solo - The complete live in Germany (2007)

Par JB - Publié dans : Cahiers Jazz
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 mars 2014 5 14 /03 /Mars /2014 11:50


R-Carter.jpgRonald Levin CARTER est né le 4 Mai 1937 à Ferndale ,MI,USA ,mise à part son élégance ,il est un contrebassiste et violoncelliste de très grande classe depuis les années 60. Ron Carter a joué et accompagné les plus grands noms du Jazz et a énormément enregistré  aussi bien en tant que leader que pour d’autres artistes. Ron est doué d’un sens ryhmique et mélodique à toute épreuve… le tout teinté d’une sensibilité  et d’une technique classique impressionnante.

 

Alors qu’ilétait adolescent ,Ron Carter étudia la musique classique ,il abandonna le violoncelle pour la contrebasse .Après un an de travail intense ,il gagna une bourse d’études pour la ‘Eastman School of Music’ de New-York . Carter avait prévu pour son avenir une carrière en musique classique ,il connaissait peu le jazz à cette époque ,mais en 1958 un chef d’orchestre qui visitait l’école apprécia son travail ,c’était Leopold Stokowski du Houston Symphony…Stokowski était persuadé que le sud des USA n’était pas prêt pour des orchestres avec des musiciens noirs…En entendant cela , Ron Carter réalisa d’un coup que le racisme avait pénétré le monde orchestral américain . Ron a joué par la suite dans de nombreux orchestres symphoniques dans le monde.

 

Ron Carter termina ses études à l’Eastman School en 1959 et décolla pour la scène Jazz de New-York .Il trouva quasi immédiatement « un plan » avec le Chico Hamilton Quintet dans lequel se trouvait le saxo Eric Dolphy . Ce groupe enregistra un disque chez Warner Bros qui fut jugé trop expérimental et jamais publié…Après plusieurs mois de tournée ,Ron s’installa définitivement à New-York pour plus de formation à la « Manhattan school of Music ».

Il travailla ensuite dans d’innombrables sessions avec des musiciens de grands talents comme ,Cannonball Adderley ,Randy Weston ,Thelonious Monk ou Jaki Byard…Ron obtint aussi son master en musique . Mais ce ne fut pas avant 1963 que Ron Carter gagna l’attention nationale et internationale ,quand il démarra ses 5 années de travail avec le Miles Davis quintet . Avec Carter à la basse ,un batteur de 17 ans nommé Tony Williams et HerbieHancock au piano ,ce quintet avait une des plus grande section rythmique de tous les temps.

 
La renommée de Ron Carter s’établit à partir de cet instant et lui permit de devenir un des artistes qui enregistrait le plus…(entre 800 et 1000 enregistrements).

 

Technique indiscutable aussi bien à l’archet qu’avec les doigts ,et des solos mélodiques sur sa contrebasse qui influencèrent nombre de jeunes bassistes ….Ron est un musicien acoustique ,bien qu’il ait quelquefois joué électrique …(pour les besoins d’un disque)…il reste aujourd’hui encore ce type d’instrumentiste…Mile Davis en 1968 terminait un album important ‘filles du Kilimanjaro’ et il demanda à Ron de jouer de la basse électrique…c’était le 1er pas de Miles vers la période jazz-fusion avec son disque ‘bitches brew’…Ron Carter ne souhaitait pas faire partie de cette fusion et quitta le groupe en 1968.

Ron Carter a toujours ressentit que la contrebasse avait un son unique ,un son irremplaçable et qu’aucune basse électrique ne saurait remplacer . La contrebasse de Carter est âgée de 80 ans… !!  Il n’empêche que Ron admet qu’il pratique une heure par semaine la basse électrique pour entretenir sa polyvalence technique …c’est tout !

 

Ron était très concerné par le racisme et le manque d’intérêt commercial dans le jazz et ce ,durant toute sa carrière . Carter à toujours été contre l’idée que le Jazz devait se mêler à la pop pour augmenter ses ventes ,il était plus pour l’idée de promouvoir la musique de Herbie Hancock par les Majors plutôt que les chansons des Beatles …il disait aussi « pourquoi promouvoir des musiques qu’on nous a volé.. ?.. » il râlait aussi contre les mêmes majors qui dépensaient 80 ou 100.000 $ à Broadway pour produire un groupe rock  ‘qui ne sait pas jouer’ au lieu d’investir un tiers de cette somme sur un groupe ‘qui sait jouer’ et gagner un peu d’argent… »tout est à l’envers… ! »… 

 

Dans les années 70 Ron Carter a travaillé avec de nombreux artistes ,Lena Horne ,Hubert Laws ,George Benson…il enregistra aussi avec Art Farmer ,le saxo Joe Henderson ,Horace Silver (encore lui)…etc…etc…Fin 70 Ron fut signé par Milestone label où il enregistra et publia une grande partie de ses enregistrements  y comprit l’album de 1977 ‘Piccolo’  ,’1+3’ et un ‘live à Tokyo 1978’ réunion avec Tony Williams ,Herbie Hancock et Patrao. Cette section rythmique de Miles Davis continua à jouer un temps sous le nom de VSOP avec hancock ,Shorter et Freddie Hubbard. 2 albums et une tournée plus tard ,Ron Carter se trouva dans une autre formation dirigée par Sonny Rollins . puis il tarvailla avec le pianiste Mc Coy Tyner . En 1981 quelques anciens de VSOP se regroupèrent pour former le Hancock Quartet dans lequel se trouvait le trompettiste Wynton Marsalis …ce nouveau groupe partite en tournée et sortit un double album .

 

A la même époque Ron Carter commença à enseigner sérieusement au City College de l’université de New-York ,cours pratiques et histoire du Jazz . Il continuait quand même à jouer en club notamment avec Cedar Walton et à enregistrer …de nombreuses formations expérimentales comme un nonette que j’ai personnellement vu jouer en concert chez ‘Fat Tuesday’s’ à New-York… Ron a enregistré les pièces pour violoncelle de Bach chez Nippon/Polydor , puis travailla dans les années 90 sur un album classique appelé ‘Ron meets Bach’ chez Blue note. Cet album fut acclamé et critiqué par d’autres ,qualifié parfois de comédie.. Malgré tout cela Ron Carter a battit sa réputation et construit son propre univers dans le monde du Jazz.


discography-Ron-Carter.jpg

Par JB - Publié dans : Biographies
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

LANGUES

SELECT

WHAT'S UP...?

41KEQYHZ52L. SL500 AA240

albumcoverStanGetz-Serenity

Al Cohn-2

AS & his group

born to be Blue

Coleman-Hawkins-Coleman-Hawkins

Coimplete studio

cover-copie-1

cover-copie-6

cover-copie-10

d43405769xi

Dexter Gordon Quintet - Lady Bird (1965)

Ed Bickert

Eddie Palmieri

Front-1

Gil EVANS

front

Irakere

JIMMY RANEY Two Jims And Zoot (1)

Kenny Barron

Kenny Clarke

Let's roll

max Roach

Money Jungle

montmatre 65-66

peaceful thunder

miles davis kind of blue 2005 retail cd-front

Remember

Queen

sea changes

Sextet Cover

something to live for

stories of the danube

Sun Râ

Wallace Roney

Yusef Lateef

front

apaxionado

cover-copie-11

D-Sauzay--Real-blue.jpg

horace_silver_1965.jpg

johnny_griffin.jpg

41e0l2B7WyL. SL500 AA300

41H7PSFXAZL. SL500 AA240 -copie-1

51x3-NUzQ4L. SL500 AA300

after fair

Benny Carter

Bud Powell

california cooking

Cannonball Adderley

can't get through

Chico-Hamilton-Chico-Hamilton-

cover-copie-7

cover-copie-9

cover Frt

cover-mosaic

Donald Byrd

epistrophy

Errolll Garner

everlastin'waltz- X Richardeau

FrontCD1

R Malone

newworldorder.jpg

bobby-womack-midnight-move.jpg

GSH_Glastonbury_front.jpg

Whatever's Fair & All-Time Great Instrumental Hits-Frt

J.Brown-2.jpg

514-w-WzPAL._SL500_AA300_.jpg

simg_t_od658461krak.jpg

W.Pickett-Frt2.jpg

Cover.jpg

Front.jpg

cover-copie-3.jpg

Santana-Caravanserai-Front-copie-1.jpg

J-Hendrix-electric-Ladyland.jpg

cover-f.JPG

EAFBFDDD519B487BADFBE8EA60F0F813.jpg

cover-copie-4.jpg


 

   
FESTIVAL 2014


jazzavienne2014_hd.png
 

affiche-a-vaulx-jazz-festival.jpg


Marciac.jpg
  

NEWS - Agenda

ALBUMS

Jean-Baptiste BOISNIER
"Compadres"

CDCompadres-definitif.jpg

Click image to download or Buy CD




Jean-Philippe BORDIER
"Duke Celebration"



Christelle PEREIRA
"The Maestro(s)"

 
Xavier RICHARDEAU
"Back to The Present"



Véronique HERMANN-SAMBIN
"Roz Jériko"

  

Jean-Philippe BORDIER 
"Morning Glory"

JPh.Bordier Trio-Frt
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés